Reconnaître ses Cassettes Vidéo

Reconnaître les K7 VHS, VHS-C, SVHS, SVHS-C, DVHS, Video8, Hi8, Digital8, miniDV, Micro Mv, V2000, Betamax, Umatic

Les cassettes VHS, VHS-C, SVHS, SVHS-C, Video8, Hi8, V2000, Betamax et Umatic enregistrent la vidéo en mode analogique.

Les cassettes DVHS, miniDV, Digital8, Micro Mv enregistrent la vidéo en mode numérique.

VHS

Les durées des cassettes varient de 30 min à 240 min (4 heures).

Généralement, la durée est indiquée sur la gauche de la tranche.

Dimensions (L x l x ép) : 187 mm x 102 mm x 25 mm

VHS-C

La VHS-C est la variante “Compact” de la VHS. Elle est sortie en 1982 pour équiper les caméscopes.

Une cassette adaptatrice permet de lire les cassettes VHS-C avec un lecteur VHS.

Les durées des cassettes varient de  30 à 45 min.

Dimensions (L x l x ép) :  VHS-C : 92 mm x 58 mm x 22 mm

SVHS-C

S-VHS-C (Super VHS Compact) était la version compacte de la bande S-VHS destinée aux caméscopes grand public analogiques.

Il a été introduit par JVC en 1987 et offrait une résolution horizontale d’environ 400 lignes contre 240 lignes pour le VHS-C, sur des bandes d’une durée de 30 ou 45 minutes à vitesse normale.

Le S-VHS-C était en concurrence avec Hi8, qui offrait un niveau de qualité comparable, mais peu de modèles de caméscopes S-VHS-C étaient disponibles.

Aucune version numérique n’a été introduite (contrairement au VHS pleine taille avec sa variante D-VHS et au Hi8 avec le Digital8) et elle a été rendue obsolète par des formats numériques plus petits comme le MiniDV.

Dimensions (L x l x ép) :  VHS-C : 92 mm x 58 mm x 22 mm

Cassette VHS-C

S-VHS

Peu d’éléments permettent de distinguer une cassette S-VHS d’une cassette VHS. Seuls la présence de la mention SVHS et un petit trou supplémentaire à l’arrière de la cassette le permette.

Un magnétoscope S-VHS est nécessaire pour lire cette cassette vidéo dont la qualité est supérieure au VHS standard.

Dimensions (L x l x ép) : 187 mm x 102 mm x 25 mm

Cassette S-VHS

Video8 – Hi8

Proche du format des cassettes audio mais plus épaisse.

La qualité du vidéo8 est la même que le celle du VHS.

La qualité du Hi8 est similaire à celle du S-VHS.

L’enregistrement du son est supposé meilleur que le VHS et le S-VHS.

Les durées s’échelonnent de 30 min à 120 min. On rencontre en majorité des 60 et 90 min.

Dimensions (L x l x ép) :

– Video8 : 95 mm x 62 mm x 15 mm

– Hi8 : 95 mm x 62 mm x 15 mm

Standard vidéo : PAL et NTSC (pas de SECAM bien que techniquement parfaitement possible)

Numérisation cassette hi8 à Paris

Digital8

Le Digital8 – D8 est un format vidéo numérique grand public de Sony, exploitant un signal vidéo DV et le format de vidéocassettes 8mm et Hi-8. L’avantage consiste à permettre une compatibilité de lecture des anciennes cassettes analogiques 8 mm et Hi8, tout en bénéficiant des apports de la vidéo numérique. En fait, les cassettes sont les mêmes que le Hi-8, mais la vidéo est enregistrée en numérique grâce à une augmentation de la vitesse de défilement, une cassette Hi-8 de 90 minutes ne durera que 60 minutes en Digital 8.

– Digital8 : Dimensions (L x l x ép) : 95 mm x 62 mm x 15 mm

Cassette Digital 8

D-VHS

Lancé commercialement à partir de 1998, le D-VHS (Digital Video Home System) est un format vidéo numérique conçu par JVC en collaboration avec Hitachi, Matsushita et Philips. Le D-VHS exploite le même type de mécanisme et de support que celui des vidéocassettes de type S-VHS. Dans sa version d’origine, il a été conçu pour permettre d’enregistrer et de lire à la fois la vidéo numérique en définition standard. Son évolution en 2002 a permis de le doter de la compatibilité TVHD. Ultime évolution du format VHS progressivement abandonné au profit des disques enregistrables (DVDBlu-ray, disques durs multimédias), il représente jusqu’à l’apparition des coûteux enregistreurs Blu-ray en 2008, le seul moyen grand public destiné à enregistrer et stocker en numérique, les programmes SD et TVHD sur des supports individuels et amovibles. Toutefois, il n’est pas doté d’un démodulateur (récepteur) compatible avec la TNT (DVB-T).

Doté d’une sauvegarde exploitant la norme MPEG-2 (et non pas le MPEG-4 et l’encodage H.264 exploités par les récepteurs TVHD actuels), il permet toutefois d’enregistrer selon deux résolution d’image à haute résolution : 720p et 1080i avec ou sans re-compression MPEG-2 selon la vitesse d’enregistrement/lecture choisie. Cependant, l’enregistrement TVHD n’est autorisé que pour les transferts d’images de caméscopes HD, et d’appareils photo numériques (images personnelles, qui ne sont pas soumises à droits d’auteur, donc sans DRM). Par contre le DRM interdit tout enregistrement direct tout numérique, depuis une émission TVHD.

Dimensions (L x l x ép) : 187 mm x 102 mm x 25 mm

Cassette D-VHS (digital VHS)

MiniDV

La plus petite des cassettes de caméscope. La vidéo est numérique.

Les durées vont de 60 min à 120 min.

La protection contre l’enregistrement se fait en rentrant la languette, placée à gauche.

Dimensions (L x l x ép) : 65 mm x 48 mm x 12 mm

Cassette Mini DV

Micro Mv

Ce format de cassette date du début des années 2000 et propose un enregistrement numérique de qualité sur bande magnétique, grâce à des camescopes très petits. La Micro MV est la plus petite cassette vidéo du marché, elle est bien plus petite que la MiniDV. Elle permet des enregistrements de 60 minutes

Cassette Micro MV

V2000

Video 2000 (ou encore V2000, Video Compact Cassette, ou VCC) est un format de cassette à ruban vidéo. Produit de Philips et Grundig destiné aux enregistrements de télévision domestiques, il s’agissait d’un concurrent des formats VHS et Betamax. Il a existé de 1979 à 1988, exclusivement en Europe.

Le V2000 apportait de nombreuses innovations, notamment la possibilité d’enregistrer sur les deux faces de la cassette et le DTF ou Dynamic Track Following (« suivi dynamique de piste »), technologie dépassant alors tous les autres formats vidéo, grand public comme professionnels. Malgré ces innovations, le V2000 est un échec commercial car dès 1985, le marché européen de l’enregistrement et de la lecture vidéo domestique était très majoritairement conquis par les appareils au format VHS.

Cassette V2000

Betamax

Cassette Betamax de la marque Sony

Betamax est un format de cassette à ruban vidéo de 1/2 pouce, soit 12,7 mm. Format créé par Sony en 1975, il est destiné aux enregistrements de télévision grand public. D’autres fabricants ont également produit des magnétoscopes Betamax, sous le nom Betacord : ToshibaPioneerAiwaNECZenith Electronics, Wega (Wuerttembergische Radio-Gesellschaft mbh) et Sanyo. Dérivé de l’ancien format professionnel Beta de 3/4 de pouce, soit 19,1 mm également désigné U-matic. En 1985, son concurrent le format VHS domine en dépit de performances qualitatives inférieures.

Commercialisé en 1983, le premier caméscope Betamovie de Sony a exploité le format Betamax.

Betamax contre VHS

La raison du succès de la VHS sur le Betamax réside dans sa capacité d’enregistrement plus importante. En effet, RCA avait demandé une capacité d’enregistrement de 4h, ce que Sony avait refusé (le Betamax avait alors une capacité de 1h). Ses ingénieurs pensaient en effet que la qualité vidéo aurait été trop dégradée en faisant passer la vitesse de défilement de la bande de 4 à 2 cm/s et en rétrécissant la piste vidéo. Matsushita(Panasonic), malgré les protestations de JVC, fournit le mode LP (durée d’enregistrement doublée par ralentissement du défilement de la bande), ce que demandait RCA. Le rapport prix/capacité d’enregistrement et le marketing des magnétoscopes VHS furent décisifs.

La qualité du Betamax était alors légèrement meilleure que celle de la VHS, mais l’introduction des vitesses B-II et B-III (capacités d’enregistrement de respectivement 2 et 3 h) réduisit la qualité du Betamax, qui devint comparable à celle de la VHS.

Vers 1978, Sony créa la cassette L-830 qui promettait une durée d’enregistrement de 5 heures (en β-III), ce qui était assez proche de la T-120 de la VHS qui elle promettait six heures en EP.

Le format de cassette et de bande du Betamax a été conservé dans l’élaboration des systèmes professionnels BetacamBetacam SP et Betacam numérique.

Une théorie serait que l’industrie pornographique aurait joué un rôle crucial dans le succès du VHS. Cependant, le contenu pornographique était aussi disponible en Betamax (Playboy Enterprises publiait leurs vidéos dans les deux formats). En outre, le marché pornographique est trop restreint pour avoir un impact durable.

L’autre théorie bien plus plausible est qu’avec sa capacité d’enregistrement de 4 heures, le VHS permettait d’enregistrer le Super Bowl en intégralité sans changer de cassette, ce qui aurait été un élément crucial aux États-Unis.

Fin de production

Le 10 novembre 2015, Sony annonce l’arrêt de la production des Betamax à partir de mars 2016, après 41 ans de production, et qu’aucun lecteur n’est sorti depuis 2002. Seul le marché japonais était fourni en cassettes.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr

Source : Article Betacam_SX de Wikipédia en français : https://fr.wikipedia.org/wiki/Betamax

Umatic

U-matic est un des premiers formats vidéo en cassette à avoir été commercialisé.

L’U-matic a engendré deux dérivés : le BVU (Broadcast Video Umatic) introduit en 1978 et le BVU Sp introduit en 1988. Ces dérivés avaient pour but d’améliorer la qualité de l’image par des enregistrements de fréquences plus élevées.

L’U-matic a été créé en 1969. La bande de la cassette mesurait 3/4 de pouce de large. Ce fut la seule bande de cette largeur en vidéo analogique.

L’U-matic a permis, pour la première fois, le reportage autonome en extérieur grâce à une caméra d’épaule reliée à un magnétoscope portable. Ce n’était pas encore du matériel léger mais cela offrait une certaine liberté de mouvement. Les cassettes U-matic portables étaient de petite taille et d’une durée de 22 minutes au maximum. Des cassettes plus grandes, jusqu’à 75 minutes, permettaient le montage électronique en régie.

Ce fut durant plusieurs années le format de reportage télévision par excellence avant d’être détrôné par le Betacam en 1983. De nombreuses institutions et sociétés l’utilisèrent et, à ce titre, l’U-matic représente un patrimoine audiovisuel non négligeable. Cependant, il semble avoir du mal à résister aux dommages du temps, à l’opposé du Betacam plus robuste mais plus récent.

L’U-matic modulait un signal vidéo analogique dit “composite” PAL (Phase Alternative Line), SECAM (Séquentiel à Mémoire) ou NTSC (National Television Sequency Comittee), c’est-à-dire que les informations de l’image étaient mélangées. La définition horizontale ne dépassait pas 260 points/ligne. Elle fut améliorée avec le BVU et le BVU Sp.